Tuesday, February 14, 2006



http://www.ne.jp/asahi/fbeat/africa/07
Coumba Gawlo Seck, artiste et femme d’affaires : Nostalgique de ses victoires... musicales
DISQUES D’OR, DE PLATINE, KORAS D’OR ! ‘’Quand je pense à ces années, j’ai de petites larmes. C’était très émouvant’’. Nostalgique de cette période faste de sa carrière, Coumba Gawlo l’est assurément. Et à juste titre, puisqu’elle se doit de faire revivre le peuple sénégalais qui l’a porté en estime et accompagné dans ces moments de gloire, de nouvelles sensations musicales. Mais aussi et surtout montrer qu’elle est la référence dans son domaine de prédilection : le chant dans toutes ses formes d’expression. Et ce qui a été séduisant à l’époque, c’est cet élan de solidarité qui a accompagné le couronnement de l’artiste. ‘’C’est à partir de ce moment que j’ai compris que le Sénégalais était patriote’’, explique la jeune diva. A la limite, Coumba Gawlo a inauguré ce concept de « Sénégal qui gagne » à partir des années 1998/99 qui a permis à notre pays d’entrer de plain-pied dans le troisième millénaire. ‘’C’est une période qui m’est restée pour m’avoir permis d’aimer mon pays. C’est pourquoi, j’ai tenu à rester au Sénégal. Je veux faire partie des artistes sénégalais qui viennent partager leurs victoires avec le peuple. Je refuse de vivre en Europe’’, explique t-elle.
VICTOIRES MUSICALES ! Coumba Gawlo en a gardé un excellent souvenir. Et aujourd’hui, l’artiste s’inscrit dans une dynamique de progrès pour donner une nouvelle tonalité à sa carrière musicale. Aujourd’hui, elle travaille sur son prochain album qui sortira prochainement. Soit pendant la tournée citoyenne « Sabar Développement Villes et loisirs » ou bien après, selon le chronogramme établi par les responsables du label Sabar qui a en charge ce volet. ‘’L’équipe est en train d’y travailler. J’ai confiance en elle’’, fait remarquer la star. C’est dire que la démarche de l’artiste s’articule autour du professionnalisme. Simplement, parce que Coumba Gawlo a été formée à la bonne école. ‘’J’ai eu beaucoup de chance pour avoir brûlé plusieurs étapes. Mieux, à 25 ans, j’ai eu à côtoyer des maga-stars à l’image de Patrick Bruel ou encore Jean-Jacques Goldman. Cela m’a forgé à être professionnelle’’. Patrick Bruel ? ‘’Il est toujours mon producteur. C’est quelqu’un qui est très concerné et attaché à ma réussite internationale. Il est très impliqué dans cela. Mieux, il considère Coumba Gawlo comme une grande voix de l’Afrique’’.
LABEL SABAR ! L’avantage de la « Gawlo » c’est qu’elle a été très tôt indépendante. ‘’C’est lié à ma nature, car j’ai appris à m’en sortir toute seule. J’ai toujours refusé de rester dépendante. J’avais pour ambition de m’en sortir et d’aller plus loin’’. La vision de l’artiste, c’est de faire partie de ces gens qui ont compris que la musique est une industrie culturelle qui peut nous rapporter beaucoup’’. Et ce qui a aidé la disquette d’or dans son approche, c’est le fait d’avoir fait « l’école des blancs ». ‘’Ma musique est une organisation. Je me suis dit qu’il fallait avoir la même organisation que les professionnels’’.
Qu’il s’agisse de la production d’albums, de la gestion de son image, de ses tournées, c’est le Label Sabar qui s’en occupe. Au même titre que la production d’autres artistes ; qu’ils soient jeunes talents ou talents confirmés à l’image de Souleymane Faye alias Grand Diego. ‘’Nous devons contribuer à l’éclosion des talents. Car, je ne voudrais pas que mes artistes prennent le car rapide. Dès lors, il faut que ces artistes puissent être soutenus. Ainsi, nous faisons tous les artistes sans exclusif. Et, nous leur offrons le meilleur choix’’. Coumba Gawlo est d’avis qu’on peut être artiste et ... point farfelu. ‘’C’est la raison pour laquelle, j’ai besoin d’être dans une organisation ; de planifier des choses’’. Fort heureusement, Coumba Gawlo, dans le cadre de Dakar Rendez-vous music la structure qui inclut le label Sabar, s’est entourée de jeunes compétents et dynamiques dans le domaine du Marketing, du management et de la communication ; des gens qui ont comme profil : Bac + 4. ‘’Il est très important de recruter des gens qui ont le niveau ; avec un cahier de charges bien défini’’. Qu’il s’agisse de la gestion des ressources humaines, de la logistique ou de la cabine de montage numérique. Mais n’empêche, l’artiste demeure le point focal de toutes les entités que regroupe Dakar Rendez-vous music. Et, c’est en véritable femme d’affaires qu’elle gère ses activités. Même si, l’on retrouve dans son organisation des membres de sa famille. ‘’Je suis pire que les Italiens. C’est pourquoi vous retrouverez des sœurs et des frères dans la société. Mais, autant je suis famille, autant je suis rigoureuse. Je reste sans états d’âme et sans complexe dans le travail. Si un frère ou une sœur a de la volonté et une envie de progresser, je lui assure une formation pour l’aider à être dans son domaine. Car, il est important de connaître son métier. Ce n’est pas pour faire simplement plaisir à la maman’’.
PROFESSIONNALISME ET RIGUEUR ! ‘’S’il n’y a pas ces deux choses, il faut arrêter et fermer boutique. Je me refuse d’être un artiste qui est tout le temps dans les nuages. Ce n’est que sur scène où je peux être dans les nuages ou aller dans un délire extraordinaire. Mais, au-delà, j’ai les pieds sur terre et la tête sur les épaules’’. En d’autres termes, Coumba Gawlo joue sur deux registres : une forte personnalité et un mental de béton. Car, par le passé, la jeune diva a commis quelques erreurs, elle n’aimerait pas revivre de pareils moments. ‘’Ainsi, avant de me lancer dans un autre domaine d’activités, je prends le temps de réfléchir et d’analyser la chose’’. Pour preuve, l’immobilier intéresse Coumba Gawlo Seck. Seulement, l’artiste pense asseoir déjà son entreprise et d’élargir son champ de compétence. La preuve, l’artiste ne se sent pas à l’étroit dans ses locaux situés à Sacré-Cœur III.
LA MUSIQUE, UN METIER DIFFICILE ! ‘’Je crois que la musique peut nourrir son homme du moment qu’on la fasse dans le sérieux, la rigueur et le professionnalisme’’. Loin d’opter pour une dispersion de ses forces, Coumba Gawlo veut procéder étape par étape pour prouver qu’elle connaît la vraie valeur de la musique. C’est dans cette perspective qu’il faut inscrire le studio d’enregistrement. ‘’Nous travaillons à vouloir agrandir notre activité ; c’est-à-dire tout ce qui peut nous permettre d’être indépendant. Ainsi, le studio d’enregistrement et les unités de duplication font partie de nos ambitions’’. Pour avoir investi des centaines de millions dans l’acquisition d’une puissante sono, d’un banc de montage numérique, Coumba Gawlo croit en la musique ; aux opportunités qu’offre ce secteur. La preuve, après le Studio 2000, elle a la meilleure sono. Simplement, parce que l’artiste a décidé d’y mettre les moyens... par souci de professionnalisme et de rigueur.
PAR DOUDOU SARR NIANG




0 Comments:

Post a Comment

<< Home